Plan Général / Ciudadela

plano general de las muarallas de Pamplona Luneta de Santa Ana Baluarte de la Victoria Parque de la Ciudadela Baluarte de Santiago Revellín de Santa Isabel Contraguardia de Santa Isabel Baluarte de Santa María Revellín de Santa Clara Contraguardia de Santa Clara Baluarte Real Baluarte de San Antón Revellín de Santa Lucia Glacis Sala de Armas El Polvorín Auditorio y Palacio de Congresos Baluarte Cuerpo de Guardia Horno Pabellón de Mixtos Puerta del Socorro
Plano

RAVELIN DE SANTA ANA

À l´époque du Vice-roi Benavides (XVIIe siècle) on construisit de nouvelles contre-gardes avec leurs ravelins du côté de la campagne, qui répondent déjà aux systèmes militaires de défense crées par le célèbre ingénieur Vauban. Entre les deux, bien que sans contre-garde de protection, se trouve la lunette de Santa Ana.
La restauration de la lunette de Santa Ana, qui protège les bastions de Santiago et de Victoria, a été finie en 2011.

Plano

BASTION DE LA VICTORIA

Il constitue l´un des cinq bastions conçus, en 1571, par l´ingénieur Giacomo Palearo (le « Fratín ») pour chaque pointe de la Ciudadela (pentagonale). En 1646, lorsque le roi Philippe IV visita la Ciudadela, celle-ci était terminée, mais nous pouvons voir actuellement que le bastion de la Victoria a perdu une grande partie de sa forme originale. En 1888, après la cession de terrains militaires pour l´élargissement de la ville, il fut presque entièrement démoli, avec celui de San Antón et le ravelin de Santa Teresa.

Plano

PARC DE LA CIUDADELA

Transformé en espace de jardin de récréation, dans l´enceinte il y a cinq bâtiments qui abritent différentes expositions culturelles. Ces bâtiments (le Corps de Garde, la Salle d’Armes, le Pavillon de Mixtes, la Poudrière et le Four), dont la fonction originelle était militaire, furent restaurés, en 1964, après la cession de la Ciudadela à la Mairie de Pampelune par l´Armée. Actuellement, la Ciudadela accueille un musée, en plein air, de la meilleure sculpture contemporaine.

Plano

BASTION DE SANTIAGO

Il constitue l´un des cinq bastions conçus, en 1571, par l´ingénieur Giacomo Palearo (le « Fratín ») pour chaque pointe du pentagone qui forme la Ciudadela. Escorté par les ravelins de Santa Isabel et de Santa Ana et la contre-garde de Santa Isabel, il était l´un des trois bastions orientés vers la campagne, zone où l´ennemi était susceptible d´attaquer. Il fut terminé en1646, année où le roi Philippe II visita la Ciudadela.

Plano

RAVELIN DE SANTA ISABEL

À l´époque du Vice-roi Benavides (XVIIe siècle) on construisit de nouvelles contre-gardes avec leurs ravelins du côté de la campagne, qui répondent déjà aux systèmes militaires de défense crées par le célèbre ingénieur Vauban. Parmi celles-ci, on trouve le ravelin de Santa Isabel, dont le pan supporte un écusson du Vice-roi avec une inscription qui situe la construction de ce ravelin, et dudit roi, en 1685. Les travaux de restauration ont été finis en 2011.

Plano

CONTRE-GARDE DE SANTA ISABEL

À l´époque du Vice-roi Benavides (XVIIe siècle) on construisit de nouvelles contre-gardes avec leurs ravelins du côté de la campagne, qui répondent déjà aux systèmes militaires de défense crées par le célèbre ingénieur Vauban. Parmi celles-ci se trouve la contre-garde de Santa Isabel, construite en 1685. La restauration de l´ensemble des défenses de Santa Isabel a été finie en 2011.

Plano

BASTION DE SANTA MARÍA

Il constitue l´un des cinq bastions conçus, en 1571, par l´ingénieur Giacomo Palearo (le « Fratín ») pour chaque pointe du pentagone qui forme la Ciudadela. Escorté par les ravelins et les contre-gardes de Santa Isabel et de Santa Clara, c´était l´un des trois bastions orientés vers la campagne, zone où l´ennemi était susceptible d´attaquer. Il fut terminé en 1646, année où le roi Philippe II visita la Ciudadela.

Plano

RAVELIN DE SANTA CLARA

À l´époque du Vice-roi Benavides (XVIIe siècle) on construisit de nouvelles contre-gardes avec leurs ravelins du côté de la campagne, qui répondent déjà aux systèmes militaires de défense crées par le célèbre ingénieur Vauban. Parmi celles-ci, se trouve le ravelin de Santa Clara, dont le pan supporte un écusson du Vice-roi avec une inscription qui situe la construction de ce ravelin, et dudit roi, en 1685. Les travaux de restauration ont été finis en 2010.

Plano

CONTREGARDE DE SANTA CLARA

À l´époque du Vice-roi Benavides (XVIIe siècle) on construisit de nouvelles contre-gardes avec leurs ravelins du côté de la campagne, qui répondent déjà aux systèmes militaires de défense crées par le célèbre ingénieur Vauban. Parmi celles-ci, se trouve la contre-garde de Santa Clara, construite en 1685. Les travaux de restauration des défenses de Santa Clara ont été finis en 2010.

Plano

BASTION ROYAL

Il constitue l´un des cinq bastions conçus, en 1571 par l´ingénieur Giacomo Palearo (le « Fratín ») pour chaque pointe du pentagone qui forme la Ciudadela. Escorté par les ravelins de Santa Teresa et de Santa Clara, on y disposait l´artillerie la plus lourde et puissante. De plus, il était bien situé et avait un Chevalier Royal au centre qui lui permettait de dominer la place. Il fut terminé en 1646, et cette année là le roi Philippe IV visita la Ciudadela.

Plano

BASTION DE SAN ANTÓN

Il constitue l´un des cinq bastions conçus, en 1571 par l´ingénieur Giacomo Palearo (le « Fratín ») pour chaque pointe de la Ciudadela (pentagonal). En 1646, lorsque le roi Philippe IV visita la Ciudadela, celle-ci était terminée, mais nous pouvons voir actuellement que le bastion de la Victoria a perdu une grande partie de sa forme originale. En 1888, après la cession de terrains militaires pour l´élargissement de la ville, il fut presque entièrement démoli, avec celui de San Antón et le ravelin de Santa Teresa.

Plano

RAVELIN DE SANTA LUCIA

Construit à la fin du XVIIe siècle et récupéré pendant les travaux de la gare routière, achevés en 2007, c´était l´une des défenses extérieures de la Ciudadela qui la protégeaient d´une éventuelle attaque extérieure.

Ciudadela

GLACIS

Ce sont les terrains qui entourent les fortifications modernes qui se disposaient en pente douce (en sens inverse des fossés) et entièrement libres d´obstacles et de végétation afin de n´offrir aucun abri à d´éventuels agresseurs. Ils arrivaient jusqu’au bord du chemin couvert. À Pampelune, ces terrains correspondent à l´actuelle Vuelta del Castillo, la grande zone verte de la ville qui, avec une superficie de 280.000 mètres carrés, constitue le grand poumon de Pampelune.

Ciudadela

SALLE D’ARMES

Elle fut construite en 1725, d’après le projet de reformes du prestigieux Verboom pour la Ciudadela et les Remparts. Elle a quatre étages et servait d´entrepôt d´artillerie. Actuellement, elle accueille des expositions artistiques et culturelles. Avec le Corps de Garde, la Poudrière, le Four et le Pavillon de Mixtes, elle fut l´un des cinq bâtiments épargnés et restaurés lorsque la Ciudadela fut donnée, en 1964, à la Mairie par l´Armée.

Ciudadela

LA POUDRIÈRE

Construite en 1695 par l´ingénieur Hércules Torrelli, c´est la construction la plus ancienne de l´enceinte. Actuellement, elle accueille des expositions d´art. Avec le Corps de Garde, la Salle d’Armes, le Four et le Pavillon de Mixtes, elle fut l´un des cinq bâtiments épargnés et restaurés lorsque la Ciudadela fut donnée, en 1964, à la Mairie par l´Armée.

Ciudadela

AUDITORIUM ET PALAIS DE CONGRÈS BALUARTE

Achevé en 2003 et avec une superficie de 63 000 mètres carrés, c´est l´un des plus grands auditoriums et palais des congrès d´Espagne. Il a été construit par le Gouvernement de Navarre et conçu par l´architecte J. Mangado. Il est situé sur la zone qui fut utilisée pour la défense de la Ciudadela et, au cours des excavations pour sa construction, on a retrouvé des vestiges (la cimentation et les contreforts intérieurs) du ravelin de Santa Teresa.

Ciudadela

CORPS DE GARDE

La porte principale de la Ciudadela, qui date de la fin du XVIe siècle, est celle qui donne sur l´actuelle Avenida del Ejército. On peut y lire l´inscription commémorative du Vice-roi Vespasiano Gonzaga, constructeur de la forteresse, datée de 1571. Après la démolition des bastions de San Antón et de la Victoria en 1888, on a rempli le fossé et éliminé le pont-levis. À l´intérieur se trouve le corps de garde, actuellement entrepôt et espace de bureaux municipaux.

Ciudadela

FOUR

L´ancien four à pain de la fortification est aujourd´hui un centre d´expositions et d´installations d´avant-garde. Avec le Corps de Garde, la Salle d’Armes, la Poudrière et le Pavillon de Mixtes, il fut l´un des cinq bâtiments épargnés et restaurés lorsque la Ciudadela fut donnée, en 1964, à la Mairie par l´Armée.

Ciudadela

PAVILLON DE MIXTES

Ancien grenier, il fut refait et recouvert, à partir de 1725, avec des voûtes à l´épreuve des bombes. C´est actuellement l´un des endroits de la Ciudadela réservés aux expositions. Avec le Corps de Garde, la Salle d’Armes, la Poudrière et le Four, il fut l´un des cinq bâtiments épargnés et restaurés lorsque la Ciudadela fut donnée, en 1964, à la Mairie par l´Armée.

Ciudadela

PORTE DEL SOCORRO

La Porte del Socorro, qui est en réalité composée de trois portes successives, avec leurs ponts dormants (fixes) et leurs ponts-levis correspondants, date de 1720. Cette année-là, elle fut déplacée de son emplacement original, à côté du flanc du bastion de Santa María, jusqu´à son emplacement actuel, centré sur le pan du rempart. Le but était de la défendre, grâce aux deux bastions qui l´escortaient, ceux de Santa María et de Santiago C´est ici que se trouve la Chapelle où se célèbrent les mariages civils. La restauration de la Porte del Socorro a été finie en 2011.

Afin de garantir la loyauté du royaume de Navarre et la défense de la ville, Philippe II fit construire une forteresse moderne: la Ciudadela.

Giacomo Palearo, (El Fratín), l´un des meilleurs ingénieurs italiens, en réalisa le projet.

En 1571, le vice-roi Gonzaga posa la première pierre: dans la nouvelle conception de guerre, où l´artillerie jouait un rôle essentiel, l´artillerie militaire ne pouvait pas rester en arrière.

Son tracé original, un pentagone avec un rempart à chaque angle, fut conservé, avec l´ajout des contre-gardes au XVIIe siècle.